En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour assurer le bon fonctionnement de nos services.
En savoir plus

Revue de presse

Affichage de 36 articles sur 157
  • Figeac. Le club Robotronik vice-champion régional

    Par CHRISTINE VERTES, publié le lundi 7 avril 2014 14:40 - Mis à jour le jeudi 11 janvier 2018 09:57
  • Qualifications des «Trophées de robotique»

    Par CHRISTINE VERTES, publié le lundi 31 mars 2014 15:04 - Mis à jour le vendredi 22 décembre 2017 09:47

    Qualifications des «Trophées de robotique»

    Publié le 27/03/2014 à 03:52,

    Cité de l'espace

    Les «Trophées de robotique» auront lieu samedi à la Cité de l'Espace./Photos DDM

    Les «Trophées de robotique» auront lieu samedi à la Cité de l'Espace./Photos DDM

    Ce samedi 29 mars, dès 8 h 30, la Cité de l'Espace sera placée sous le signe des robots avec les qualifications régionales Sud-Ouest des «Trophées de robotique».

    Cette compétition, organisée par Planète Sciences Midi-Pyrénées et LinuxEdu, fête sa 11e édition cette année et reste toujours à la pointe de l'innovation. Si l'objectif est de mettre en avant la culture robotique, il n'en reste pas moins que toutes les familles sont les bienvenues ce samedi d'autant plus que c'est gratuit.

    Les «Trophées de robotique» ont pour thème la préhistoire, ce qui explique la nouvelle dénomination éphémère et anachronique : «Préhistobot». Treize équipes de jeunes du primaire, du collège et du lycée vont s'affronter autour de matchs relatifs à ce concept. Plus précisément, il va s'agir de défis, de courses et d'actions de coopération, le tout dans un esprit d'entraide et de solidarité.

    Parallèlement à ces matchs, il est possible d'assister à des conférences notamment l'intervention de Michel Taïx, maître de conférences au LAAS-CNRS, à des expositions ou de participer aux animations proposées. Parmi elles, divers ateliers seront mis à disposition tels que la découverte des logiciels propres à la robotique ou de l'impression 3D, tant évoquée actuellement. Ce dispositif permettra avant tout de découvrir un aperçu de ce que sont les nouvelles technologies.

    La remise des prix aura lieu à 17 h 30, samedi, avant la finale du «Trophée des robotiques» les 26 et 27 avril à Saint-Quentin dans l'Aisne.

    Hugo-Pierre Gausserand / La Dépêche.fr

    C'est dans une explosion de joie immense que nos 7 lycéens et étudiants, adhérents du club Robotronik du Foyer Socio-Educatif, ont permis à leur chef de projet Laurent Nonorgues (enseignant d'Electronique du LP) de renouer avec la victoire en décrochant avec brio leur billet pour la finale nationale des Trophées de Robotique 2014 qui aura lieu les 26 et 27 Avril 2014 en Picardie.

    Le travail, la persévérance et la passion sont donc récompensés ce soir par cette belle victoire !

    Robotronik termine sur la 2ième marche du podium régional en perdant d'un tout petit point lors de la 3ième manche de la finale toulousaine. Vous pouvez revivre cette finale en 3 manches en cliquant sur le lien suivant :

    http://www.planete-sciences.org/blogs/trophees-robotique/blog/2014/03/29/video-de-la-finale-midi-pyrenees

    Parmi les participants à ce projet pédagogique, un remerciement spécial aux élèves de l'ULIS du Collège Masbou et du LP Champollion ayant réalisé la table de jeu aux dimensions officielles qui a permis à leurs camarades du club Robotronik de pouvoir tester leur robot avant le début de la compétition.

    Pour voir des photos de la compétition, suivez ce lien.

    Max Giovanni

  • Figeac. Le club du lycée Champollion en finale

    Par CHRISTINE VERTES, publié le jeudi 24 avril 2014 10:35 - Mis à jour le vendredi 22 décembre 2017 09:46

     

    LaDépêche.fr

     

    Figeac. Le club du lycée Champollion en finale

     

    Trophée robotique

    Hier, les élèves ont essayé une dernière fois leur robot qualifié pour la finale du trophée robotique./ Photo DDM A.L.

    Hier, les élèves ont essayé une dernière fois leur robot qualifié pour la finale du trophée robotique./ Photo DDM A.L.

     

    Le club Robotronik du lycée Champollion part demain en Picardie disputer la finale nationale du trophée robotique. Un beau défi pour sept élèves figeacois et leurs professeurs soutenus par l'établissement et des mécènes locaux.

    Hier c'était le dernier entraînement avant la finale prévue ce week-end à Saint-Quentin dans l'Aisne. Au cœur du lycée Champollion, Laurent Nonorgues et ses élèves du club Robotronik, un atelier scientifique qui a lieu tous les mercredis après-midi, ont effectué les derniers réglages et bichonné leur robot. «C'est un défi», lâche dans un sourire le professeur qui participe pour la treizième fois à ce concours national.

    Belle aventure collective

    Cette année, le lycée Champollion a brillé lors des qualifications régionales en terminant deuxième à Toulouse derrière La Rochelle. «On renoue avec la finale nationale après treize années infructueuses. C'est la revanche», prévient Laurent Nonorgues qui souligne l'implication des sept élèves du club mais plus largement de l'établissement partie prenante de l'aventure. Des secondes au bac professionnel système électronique sans oublier une classe du collège Masbou qui a fait le décor, la préparation de ce concours a en effet suscité une belle mobilisation depuis plusieurs mois. De la conception au robot grandeur nature en passant par la création du prototype en 3 D, l'équipe a travaillé avec passion sur ce projet en répondant à un cahier des charges très strict et en s'appuyant sur les outils et les savoir-faire du lycée. «Tout a été conçu ici grâce au plateau technique. Pour les élèves, c'est une manière de travailler en respectant la problématique industrielle», confirme le responsable du projet aidé pour la construction mécanique par son collègue, Max Giovannini. Avant leur départ pour la finale, des associations et entreprises locales ont par ailleurs misé sur le projet en soutenant financièrement le club aidé par le foyer socio-éducatif.

                                                                                                             A.L.

     

  • Un robot pour décrocher les étoiles

    Par CHRISTINE VERTES, publié le lundi 27 avril 2015 10:18 - Mis à jour le vendredi 22 décembre 2017 09:45

    Un robot pour décrocher les étoiles

    ,

    Enseignement et formation - Lycée Champollion

    Quelques jeunes du club, leur professeur Laurent Nonorgues, et la star, leur robot.
    Quelques jeunes du club, leur professeur Laurent Nonorgues, et la star, leur robot.

    Ils ont de la suite dans les idées, les lycéens du club Robotronik du Foyer socio-éducatif (FSE) du lycée Champollion, et leur professeur d'électronique, Laurent Nonorgues. Qualifiés, comme en 2014, pour la finale nationale du concours organisé par l'association Planète sciences où, classés 13es, ils avaient remporté le prix de l'innovation, ils espèrent bien gravir les échelons qui les séparent des meilleurs, notamment le lycée de La Rochelle, qui les prive depuis deux ans du titre régional.

    C'est à Saint-Quentin en Picardie les 2 et 3 mai, que se déroulera la finale. Un déplacement onéreux, que les lycéens n'envisagent pas sans l'aide de partenaires et du FSE.

    «Notre performance de 2014 nous a fait connaître, précise Laurent Nonorgues. Lors du salon de la Mécanic Vallée, en automne à Decazeville, nous avons exposé notre robot, ce qui nous a donné de la visibilité et attiré les sponsors. Sans eux, pas de finale.»

    Pour 2015, le thème du concours est le cinéma. Avec leur petit robot, ils doivent actionner des claps, aller récupérer des projecteurs, se rendre au distributeur de pop-corn et même dérouler le tapis rouge sur les marches du palais du festival.

    Comme un atelier de Formule 1

    Un programme chargé pour lequel huit lycéens s'entraînent en permanence d'arrache-pied, tous les mercredis après-midi à partir de 15 heures. «Au début, c'était deux voire trois heures d'entraînement, insiste le professeur, mais plus l'échéance approche, plus les entraînements se prolongent. Certains mercredis, nous y restons jusqu'à 22 heures.»

    C'est sur la mezzanine de l'atelier qu'ils ont investie, que se situent l'aire de jeu et ses éléments, construite et peinte par les élèves de 3e prépa, dans le cadre de leurs études, et leur professeur de construction (dessin industriel) Max Giovannini.

    En les voyant s'entraîner, on se croirait dans un atelier de Formule 1. Ils démontent et remontent sans cesse leur robot. «On ne connaît pas les équipes adverses, mais je sens qu'on sera prêts, dit Quentin Guitard, le pilote. On est dans les derniers réglages. Je dois gagner en concentration et gérer mon stress, car tout le groupe compte sur moi pour faire mieux que l'an dernier. Mais j'ai confiance.» Verdict le week-end prochain à Saint-Quentin.

    La Dépêche du Midi

  • Baccalauréat : la plus jeune candidate du Lot a 16 ans

    Par CHRISTINE VERTES, publié le mercredi 17 juin 2015 09:04 - Mis à jour le mercredi 17 juin 2015 09:04

    Baccalauréat : la plus jeune candidate du Lot a 16 ans

    Examens

    Élève au lycée Champollion à Figeac, Josephe Peyaka-Labro a révisé «sans stress» chez elle, à Saint-Maurice-en-Quercy./ Photo DDM J.-C.B.
    Élève au lycée Champollion à Figeac, Josephe Peyaka-Labro a révisé «sans stress» chez elle, à Saint-Maurice-en-Quercy./ Photo DDM J.-C.B.

    Avec deux ans d'avance mais sans aucun complexe, Josephe Peyaka-Labro commence les épreuves du bac aujourd'hui.

    À 16 ans, l'élève du lycée Champollion de Figeac, la plus jeune candidate au bac dans le Lot cette année, aborde l'examen avec philosophie… même si, elle l'avoue, cette matière sur laquelle elle doit plancher cette après-midi n'est pas franchement celle qu'elle préfère. «J'aimerais tomber sur l'art ou la technique, ou alors sur la loi et la liberté. Ce sont des sujets qui me parlent», confiait-elle il y a deux jours, en pleine révision dans sa maison familiale de Saint-Maurice-en-Quercy.

    Un parcours sans faute

    Arrivée dans le Lot il y a sept ans du Cameroun, Josephe qui avait déjà un an d'avance a «sauté» la classe de CM1, notamment grâce à ses facilités en anglais. Un parcours sans faute qui, selon elle, n'a rien d'exceptionnel. «Quand je suis arrivée du Cameroun, j'avais un an d'avance parce que là-bas on commence l'école à deux ans. Ensuite j'étais dans une classe anglophone. Et comme je m'en sortais mieux, on m'a fait passer une classe. Je m'adapte très vite mais je n'ai pas d'intelligence particulière. Je ne suis pas précoce.» Dans son cas, la maturité n'attend pas le nombre des années.

    Sérieuse et rigoureuse, la lycéenne se prépare «sans stress» à la semaine d'épreuves écrites qui s'ouvre aujourd'hui. Mais pas de planning de révision minuté ni de bachotage effréné, Josephe a choisi la méthode douce pour préparer son bac STMG (sciences et technologies du management et de la gestion). «Je ne suis pas du tout stressée. Je n'ai pas de stratégie : je m'y mets juste quand j'ai envie. Ce qui est sûr c'est que je relirai mes cours la veille de chaque épreuve.» Une mention ? Josephe là aussi ne se met pas de pression mais espère faire aussi bien qu'au bac blanc en décrochant, au moins, la mention «assez bien». Elle compte sur sa matière fétiche, la mercatique — comprenez le marketing — pour marquer des points. «C'est en fait la relation entre les entreprises mais aussi avec les consommateurs. C'est du concret, c'est ça qui me plaît.» Le bac en poche, Josephe suivra à la rentrée un BTS commerce international au lycée Ozenne de Toulouse, et vise ensuite la licence pour «travailler directement à l'étranger». «C'est une nouvelle vie qui commence. Je vais avoir mon appartement…». Reste encore le bac, un cap décisif, à passer.

    A.L.

Trier par
Catégories
Aucune catégorie définie
Auteurs